La collaboration CMS publie ses premières données ouvertes issues de collisions d’ions lourds


Les données CMS enregistrées en 2010 et 2011 à partir de collisions plomb-plomb au grand collisionneur de hadrons ont été publiées pour la première fois dans le domaine public

Pendant quelques semaines chaque année de fonctionnement, au lieu de heurter des protons, le Grand collisionneur de hadrons (LHC) heurte des noyaux d’éléments lourds («ions lourds»). Ces collisions d’ions lourds permettent aux chercheurs de recréer dans les conditions de laboratoire qui existaient dans le tout premier univers, comme l’état de soupe des quarks et gluons libres connu sous le nom de plasma quark – gluon. Maintenant, pour la première fois, la collaboration CMS (Compact Muon Solenoid) au CERN rend ses données sur les ions lourds accessibles au public via le portail Open Data du CERN.

Plus de 200 téraoctets (TB) de données ont été publiés en décembre, à la suite de collisions survenues en 2010 et 2011, lorsque le LHC est entré en collision avec des grappes de noyaux de plomb. En utilisant ces données, CMS avait observé plusieurs signatures du plasma quark – gluon, y compris le déséquilibre entre les impulsions de chaque jet de particules produites dans une paire, la suppression («quenching») des jets de particules dans les paires jet – photon et le « fusion »de certaines particules composites. Outre les données de collision plomb-plomb (deux ensembles de données de 2010 et quatre de 2011), CMS a également fourni huit ensembles de données de référence sur les collisions proton-proton enregistrées à la même énergie.

Les données ouvertes sont disponibles dans le même format de haute qualité que celui utilisé par les scientifiques du CMS pour publier leurs articles de recherche. Les données sont accompagnées du logiciel nécessaire pour les analyser et d’exemples d’analyse. Les versions précédentes des données ouvertes CMS ont été utilisées non seulement dans l’éducation, mais aussi pour effectuer de nouvelles recherches. CMS espère que les communautés de chercheurs professionnels et de passionnés amateurs ainsi que d’éducateurs et d’étudiants à tous les niveaux utiliseront les données sur les ions lourds de la même manière.

«Notre objectif en publiant les données CMS dans le domaine public via la dérogation Creative Commons CC0 est de préserver nos données et les connaissances nécessaires pour les utiliser, afin de faciliter l’utilisation la plus large possible de nos données», déclare Kati Lassila-Perini, qui dirige le projet de données ouvertes CMS depuis sa création en 2012. «Nous espérons que ceux qui ne font pas partie de CMS trouveront ces données aussi fascinantes et précieuses que nous.»

CMS s’est engagé à publier 100% des données enregistrées chaque année après une période d’embargo de dix ans, jusqu’à 50% des données étant mises à disposition dans l’intervalle. L’embargo donne aux chercheurs qui ont construit et exploité le détecteur CMS suffisamment de temps pour analyser les données qu’ils collectent. Avec cette publication, toutes les données de recherche enregistrées par CMS lors de l’exploitation du LHC en 2010 et 2011 sont désormais dans le domaine public, accessibles à tous.

Vous pouvez en savoir plus sur la publication sur le portail Open Data du CERN: opendata.cern.ch/docs/cms-releases-heavy-ion-data



Découvrez notre classement

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire